Retraite, c’est maintenant que tout se joue !

Retraite, c’est maintenant que tout se joue !

  • Un système de retraite à bout de souffle

    S’il y a un sujet qui fait parler lors des repas de famille ou devant la machine à café, c’est bien la retraite. Tous les spécialistes s’accordent à dire que le système de retraite par répartition est à bout de souffle.

Depuis le début des réformes en 1993, l’érosion des pensions par rapport aux derniers mois d’activité est de 10 à 20 points en fonction de la profession.

  • La sonnette d’alarme

L’AGIRC et l’ARRCO ont tiré la sonnette d’alarme. Leurs recettes (les cotisations) sont inférieures à leurs dépenses (les pensions). Ils utilisent leurs réserves au risque de les épuiser.
– 9 milliards pour l’AGIRC qui prévoit un épuisement dès 2018
– 55 milliards pour l’ARRCO qui prévoit un épuisement en 2024.

Le dernier rapport du COR (Comité d’Orientation des Retraites) prévoit qu’un cadre né dans les années 1970 ne toucherait que 35% de son dernier revenu, soit 875 euros net mensuel pour un revenu de 2 500 euros.

La fusion de ces deux organismes annoncée pour 2019 a concrètement deux objectifs :
– Faire des économies
– Fusionner leurs réserves pour voir plus loin

On s’aperçoit donc que le problème n’est toujours pas solutionné et pour cause.

  • Faut-il compter sur l’état providence ? NON !

La situation des retraites est définie par des déterminants fondamentaux d’ordre économique, démographique et réglementaire.

Les politiques successives n’étant pas capable de relancer la machine économique, ne maitrisant pas l’aspect démographique, il ne leurs restent que la réglementation. Pour tenter d’équilibrer le système, ils disposent de trois leviers :
– Repousser l’âge moyen du départ
– Augmenter le taux de prélèvement
– Baisser la pension pour équilibrer les recettes et les dépenses

Il existe bien une quatrième solution, mais nul ne l’envisage. Ré introduire en complément et non en remplacement du système actuel, le système de retraite par capitalisation. Celui-ci a été abandonné en 1945. Pour ceux que ça intéresse, je parle de la retraite par capitalisation à la fin de l’article.

Reprenons là où nous sommes restés, les leviers de l’état :

  • Analyse des leviers

Dans le premier cas, l’état nous demande de travailler plus tard
 –     Pas très crédible lorsque l’on voit qu’à 50 ans nous sommes considérés comme sénior et que par ailleurs le taux de chômage chez les jeunes explosent.

Dans le second cas, l’état nous demande de cotiser plus
 –     L’augmentation des cotisations retraites se traduit par une baisse de notre salaire net, donc une perte de notre capacité d’investissement donc une perte de liberté dans le choix de notre retraite.

Dans le troisième cas, l’état place l’individu au centre du système
 –     La baisse de la pension serait le choix le plus juste et celui qui laisserait à l’individu le plus de liberté. La liberté de choisir s’il ajuste son niveau de vie à sa retraite ou s’il souhaite davantage. Dans ce dernier cas l’individu doit AGIR plutôt que de compter sur l’état providence.

La suite de l’article concerne ceux qui désirent AGIR !

Confucius disait : Celui dont la pensée ne va pas loin verra ses ennuis de près.

La question qui se pose désormais, est la suivante :

  • Comment faire pour préparer ma retraite ?

A cette question, je réponds tout dépend de vos besoins futurs. Mais à ce stade de votre réflexion nous pouvons tout de même identifier quelques pistes :

L’immobilier locatif
– L’immobilier reste un excellent moyen de se constituer d’autres sources de revenus et un capital avec de l’argent que l’on n’a pas.

Les SCPI pour s’affranchir des contraintes de gestion immobilière
– Les SCPI sont des sociétés civiles de placement immobilier qui ont pour but l’acquisition et la gestion d’un patrimoine immobilier professionnel. En investissant dans une ou plusieurs SCPI, vous profitez des rendements attractifs de l’immobilier sans gestion locative.

La bourse avec les actions de rendements en se constituant un portefeuille de Trackers servant un fort dividende. Possibilité d’une fiscalité douce en passant par un contrat d’assurance vie. Attention les résultats passés ne préjugent pas des résultats futurs.
– ETF Amundi EMU HDV -> + 40% sur trois ans
– SPDR Dividend Aristocrats -> + 32% sur l’iShares DJ Euro STOXX Select Dividend -> + 39%
– Lyxor ETF SX Div30 -> + 37%

L’épargne pour se constituer une trésorerie sans risque

Néanmoins, je rappelle que pour investir, il faut commencer par tailler dans les dépenses superflues qui réduisent votre capacité d’investissement. A ce stade, nous retrouvons deux valeurs fondamentales tout à fait capitales pour la réussite de votre projet : Rigueur et Discipline.

Revenons succinctement sur le système de retraite par capitalisation, puisque je l’ai brièvement abordé au cours de ce billet :

  • La retraite par capitalisation

Qu’est-ce que le système de retraite par capitalisation ?

Ce qui différencie le système de retraite par capitalisation du système de retraite par répartition ou à points, c’est que les actifs épargnent pour leur pension retraite et non plus pour la pension d’une autre génération. Les cotisations font l’objet de placements boursiers, obligataires ou immobiliers gérés par un fond de pension.
Ce système de retraite existait en France mais a été abandonné (pour le privé) en 1945 après la guerre car il n’offrait aucune garantie dans un système spéculatif et volatil. Cependant, une meilleure répartition des avoirs sur les marchés permet de minimiser le risque de perte des pensions en cas de baisse d’un ou des marchés.

Pourquoi ce système est plus juste ?

Le système de retraite par capitalisation est plus juste car vous cotisez pour votre propre retraite et non pour celle d’une autre génération. Ce système efface donc la défiance et la jalousie de nos concitoyens à l’égard de leurs voisins et de certains régimes de retraites spécifiques.

Pourquoi ce système est plus égalitaire ?

Un système de retraite par capitalisation existe déjà en France, mais uniquement pour les fonctionnaires. L’organisation qui gère ce système est le RAFP. Il agit comme un fond de pension qui investit sur les marchés.
Il dégage un cash-flow net positif de 2 milliards d’euros et un total d’actifs de 26 milliards répartis dans les obligations (65%), actions (25%) et immobilier (10%).
Le RAFP se porte très bien et deviendra, selon les prévisions, l’un des plus gros investisseurs de long terme en France avec 100 milliards d’euros.
Il est alors légitime de se poser la question qui suit : Pourquoi ce système ne profite pas aux employés du privé comme au Danemark qui est considéré comme le pays ayant le meilleur système de retraite au monde selon le cabinet de conseil Mercer.

http://www.capital.fr/retraite/actualites/le-danemark-aurait-le-meilleur-systeme-de-retraite-la-france-12e-968208

2 réactions au sujet de « Retraite, c’est maintenant que tout se joue ! »

    1. Il faut espérer que l’état agisse efficacement avant que les caisses soient totalement vides.

      Mais les décisions sont si difficiles à prendre, que l’état se contente de micro mesures, comme repousser l’âge légal de départ à la retraite de 60 à 62 ans, or c’est très insuffisant.

      Les individus les plus prévoyants constitueront leur propre retraite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *